Aujourd’hui bouteilles plastiques ont été évitées grâce à nos fontaines.

De retour dans vos locaux et face au contexte actuel, il est primordial de protéger la santé de vos collaborateurs et visiteurs éventuels. En savoir plus.

Exclamation mark

Notre site web a changé ! Découvrez ce que nous avons modifié et comment ces modifications vont améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus. 

Derniers articles

L'impact environnemental du plastique : osez la gourde !

Lire l’article

Lutter contre la pandémie oubliée de plastique : le changement climatique

Lire l’article

Une hydratation sûre et durable

Lire l’article

Promouvoir le bien-être des employés au travers d’une hydratation durable

Lire l’article

Qu'est-ce que la nourriture ultra-transformée et quels sont ses impacts ?

Lire l’article

Le zéro déchet, c'est quoi ?

Semaine européenne de la réduction des déchets
Logo

Un peu d'histoire... 

Le terme « zéro déchet » est apparu la première fois en novembre 2004 lors du Planning Group of the Zero Waste International Alliance et que la définition est réellement reconnue. Cependant dans les années 70 certaines personnes pratiquaient déjà ce mode de vie mais était alors perçus comme des marginaux. Dans les années 90, les premières communautés, au-delà donc des initiatives individuelles, ont commencés à se structurer.

Depuis 2010, le mouvement s’est réellement démocratiser puisque de nombreux ouvrages sur le zéro déchet commencent à apparaitre comme le premier livre de Zero Waste France paru en 2014.

La démarche zéro waste est donc bien en marche, en encore plus en France ! En effet, on compte plus de 30 groupes locaux en France et nous sommes le premier pays au monde à disposer du premier réseau vrac constitué en association ainsi que de la première maison du zéro déchet, ouverte en juillet 2017.

Le zéro déchet

Le zéro déchet c’est une démarche qui vise à réduire la production de déchets au maximum. Il faut savoir qu’en France, 350 kg de déchets sont jetés par personne, et oui, ça fait beaucoup ! C’est déjà un chiffre alarmant mais il faut également se dire que c’est un chiffre qui a doublé en seulement 40 ans… encore plus alarmant ! Le zéro déchet consiste donc à revoir son mode de consommation afin de produire moins de déchets à la source. On ne parle donc pas seulement de mieux intégrer le recyclage mais de consommer de manière plus responsable car le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas.

L’approche du « zéro déchet » propose une gestion alternative des déchets dans laquelle de nouvelles ressources sont forcément utilisées pour remplacer celles qui sont perdues (enfouies ou incinérées). Cette approche à également pour but de réduire drastiquement la pollution générée par les processus classiques de gestion des déchets.

La stratégie globale du « zéro déchet » peut donc se résumer en trois points :

  • Par la suppression du recours à l’incinération des déchets et établir une meilleure structure du système de collecte des déchets afin d’augmenter la matière récupérable et optimiser la qualité de la matière recyclable.
  • Encourager la réutilisation par les industriels, des matériaux recyclés, la réparation des objets par les particuliers ainsi que la promotion des modes de vie qui réduisent la quantité de déchets produites (eau du robinet, acheter du sans emballage, fabriquer ses propres produits d’entretiens…)
  • Soutenir la conception et la fabrication de produits complètements recyclables, réutilisables et réparables.

Le « zéro déchet », le zéro est-il vraiment atteignable ?

Il ne faut pas se faire d’idée ! Evidemment, le zéro est un idéal mais il est clair que pour l’atteindre il faudrait vivre dans une société qui respecte à 100% l’environnement, avec un minimum de déchets et gaspillages et une économie bien circulaire. C’est pour cela qu’il vaut mieux se baser sur la devise du zéro déchet :

Le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas

Bien que cet idéal soit difficile à atteindre, il y a des choses à faire au niveau individuel !

Comme nous l’avons déjà vu, « zéro déchet » c’est repenser notre manière de consommer et pour cela, il y a la règle des 5R crée par Béa Johnson.

La règle des 5R

Règle des 5R

  • Refuser : Ne pas utiliser ce dont on n’a pas besoin / Refuser les objets à usage unique / Refuser les objets non revalorisables
  • Réduire : Ne pas surconsommer / Eviter le suremballage
  • Privilégier les objets réutilisables / Préférer la location, l’emprunt, objets d’occasions ect…
  • Recycler : Recyclage des objets et matières revalorisables
  • Composter la matière organique

Pourquoi adopter le « zéro déchet » ?

Depuis l’explosion de la révolution industrielle, notre mode de consommation à bien changer et il génère des déchets, du gaspillage et de la pollution. Les ressources naturelles sont extraites trop vite et ne peuvent pas se reconstituer, sachant que certaines ne se reconstituent pas du tout ! Nous ne sommes pas non plus pas assez intéressés par les procédés de fabrication et ce qui arrive à ces produits après les avoirs jetés.

Adopter le « zéro déchet » c’est penser à l’avenir de notre planète mais aussi des générations futures. Nous avons sélectionné 7 bonnes raisons de devenir « zéro déchet ».

 1. Diminuer son empreinte environnementale

Il est bien connu que la décomposition des déchets est polluante. En effet, en se décomposant, les déchets produisent du gaz, principalement composé de méthane, ce gaz à effet de serre contribue aux changements climatiques. Il est donc clair qu’en diminuant notre consommation et donc la génération de déchet, l’émission de ce gaz est réduite. Nous pouvons à titre personnel agir.

2. La protection de nos océans

Bien que le plastique soit pratique, il est problématique, particulièrement pour nos océans. En effet, environ 8 millions de tonnes de déchet se retrouvent dans nos océans chaque année, c’est l’équivalent d’une benne de déchets entière déversée toute les minutes ! Aujourd’hui, il existe même un « 8ème continent » en plein milieu de l’océan Atlantique, le continent plastique… équivalent à 3 fois la surface de la France. C’est un constat assez effrayant mais il est possible d’agir en réduisant sa consommation d’emballage et en préférant l’achat en « vrac ».

3. Rendre sa beauté à notre planète

Les déchets, qu’ils soient dans nos villes, campagnes, plages ou tout autre endroit, ce n’est jamais agréable à regarder. Nos déchets ne sont pas seulement des effets négatifs pour la planète mais également une vraie pollution visuelle. En limitant leur prolifération nous pouvons rendre à notre planète sa beauté naturelle !

4. Préserver les ressources naturelles 

Nous l’avons vu, la surconsommation épuise les ressources de la planète bleue et choisir de réduire ses déchets c’est limiter l’épuisement des ressources renouvelables et non renouvelables.

5.  Diminuer les impacts économiques 

En évitant de produire des déchets, on évite également tout son processus d’élimination. La collecte, l’acheminement et l’élimination représente un réel coût financier pour les collectivités. Faire un pas vers le « zéro déchet » pourrait permettre aux collectivités d’investir dans des solutions plus vertes pour les communes et villes.

6. Inspirer son entourage

Nous avons tous une influence sur les autres et la plupart du temps, sans même s’en rendre compte ! Les personnes de notre entourage qui nous voient agir sont susceptible de voir les actions que nous menons et seront donc plus affectés par la démarche l’idée n’est plus aussi loin qu’elle n’y parait. En expliquant notre position et les bénéfices de celle-ci, il est possible de convaincre notre entourage de faire de même.

7. Pour les futures générations

Toutes nos actions ont une incidence sur la planète et donc de la manière dont les personnes qui vont suivre vont la récupérer. Personne ne souhaite à ses enfants de vivre sur une planète polluée ou les conditions de vie se seraient considérablement dégradées. C’est pour cela qu’il est important d’agir aujourd’hui afin de garantir la même qualité de vie que nous avons aujourd’hui à nos prédécesseurs.

Comment atteindre le zéro déchet ? Focus sur le monde de l’entreprise

Environ 46% de la population active en France travaille dans des bureaux. Sur un an un salarié y passe environ 200 jours et produit jusqu’à 140kg de déchets. Il est important d’agir au quotidien chez soi mais il est encore plus important d’agir sur son lieu de travail au vu de temps passé sur ce dernier.

Le problème de cette démarche en entreprise est la règlementation qui est encore bien trop méconnue. D’après une étude réalisée en 2017 par Riposte Verte, seulement 44% des entreprises ont consciences de la réglementation à propos de la gestion des déchets. Effectivement, la plupart des entreprises sont soumises à une obligation de tri à la source et de valorisation du flux de certains déchets. Certaines entreprises considérées comme « gros producteurs de déchets » sont d’ailleurs obligées de mettre en place un tri et une collecte spécifique.

En entreprise le tri est en progression certes avec plus de 53% des entreprises ayant mis en place un système de tri. Cependant les 47% restant ne sont pas encore totalement irréprochable sachant que ce manque de tri concerne les déchets de consommation (comme les bouteilles en plastique ou autre contenant de consommation) comme les déchets du secteur tertiaire avec seulement 35% du papier utilisé étant recyclé.

De manière générale, c’est un sujet qui reste trop sous-traité en entreprise malgré le fait qu’aujourd’hui, une entreprise qui affiche une politique de réduction et gestion des déchets est un élément valorisant en plus de répondre aux nouvelles attentes des clients.

Le guide du zéro déchet au bureau

Le très bon guide complet de Zero Waste France vous dira tout sur la mise en place, des actions à réaliser en amont jusqu’au action du quotidien, il y a de quoi mettre en place votre démarche « zéro déchet » !

Pour cet article, nous avons sélectionné 8 manières d’entamer votre démarche vers le « zéro déchet ».

1. Pendant la pause déjeuner

Pause dèj

 

La pause déjeuner… toujours un moment agréable ! Pour rendre ce moment agréable pur notre planète également, pensez au réutilisable ! Afin d’éviter la surconsommation des produits jetables comme des couverts en plastique ou autres consommable jetables (bien qu’il s’agisse de carton ou d’éléments recyclables) pensez à mettre à disposition des éléments réutilisables, et pour tout le monde. Par exemple, préférez la mise en place de couverts, assiettes ou encore des tupperwares. Pour la pause-café, adieu les gobelets, pensez à mettre à disposition des mugs réutilisables.

Pas si facile ? Afin de constituer votre stock de vaisselle réutilisable, vous pouvez optez pour l’achat de produit d’occasion ou bien réaliser une collecte au sein de l’entreprise si certains salariés n’utilisent plus certains de leurs couverts. La solution la plus optimale serait la mise en place d’un « kit de bienvenue » comportant l’essentiel : une tasse, une gourde, un tupperware et des couverts.

2.  Valoriser les biodéchets

Valoriser les biodéchets

 

Pendant notre journée au bureau, nous produisons tous des biodéchets, les restes du repas, le trognon de pomme ou des épluchures… La plupart du temps, ils sont jetés dans la poubelle ménagère avec le reste. Pourtant, remettre ces biodéchets à la terre est bien plus écologique. Mettre en place une solution pour les valoriser est donc important.

Si vos locaux comprennent un restaurant d’entreprise, il est possible de faire appel à un prestataire qui viendra récupérer vos biodéchets afin de les faire valoriser en compostage ou méthanisation. Si vous n’avez pas forcément de restaurant d’entreprise mais que vos locaux disposent d’un espace extérieur commun ou qui vous appartient, faites installer un composteur et valoriser vos biodéchets vous-même. Si toutes ces solutions sont impossibles, il est toujours possible de mettre en place un bac spécifique et si l’un de vos collaborateurs se trouve proche d’un composteur public et qu’il est d’accord pour y vider le bac de l’entreprise, n’hésitez pas !

3. La pause cigarette

Pause cigarette

 

Il est probable que certains de vos collaborateurs consomment du tabac lors de leur pause. Souvent les déchets produit par la cigarette se retrouvent sur nos trottoirs, puis dans les égouts pour enfin finir dans nos rivières et océans… Sensibiliser sur le jet du mégot, un déchet sauvage auquel peu de personnes pensent est devenu capital.

Pour mettre en œuvre cette action, installez des cendriers dans les coins fumeur. Cette mise en place est facile, un simple contenant rempli de sable et le tour est joué ! Rapide et économique. Le plus important est en réalité de sensibiliser à jeter son mégot dans le contenant. Développer des affiches s’adressant aux fumeurs est en réalité le plus important. Utilisez des formats courts et impactant : 1 mégot jeté au sol = 500L d’eau polluée.

Vous trouvez qu’un cendrier classique est un peu morose ? Pensez aux cendriers ludiques sous forme de sondage, la partie recevant le plus de mégots gagne !

4.  Privilégier l’occasion et le réemploi 

Occasion et réemploi

Privilégié le marché de l’occasion est très important, surtout de nos jours avec la consommation toujours plus importante d’équipements électroniques, électriques et de mobiliers. Sur le marché de l’occasion, il est possible de trouver du nouveau matériel par rapport à ce que vous possédiez déjà mais également pour un premier achat. L’achat de matériel d’occasion est même parfois meilleur que celui neuf car on y retrouve des produits très peu utilisé à un coût bien plus bas. Avant de rentrer dans la démarche de l’achat ou du remplacement, il faut se poser la question « avons-nous vraiment ce besoin ? ». Cette étape permet de limiter les achats inutiles et en plus d’anticiper l’avenir du matériel remplacer « peut-on le mettre sur le marché de l’occasion, le transférer à un voisin, un autre service ? ». Jeter ne devrait pas être une option.

5.  Réduire la consommation de fourniture

Consommation de fournitures

Il y a une surconsommation des fournitures en France. Le coût des fournitures de bureau est estimé à 180 euros par salarié en moyenne et par an d’après une étude réalisée en 2008 par l’Association des des responsables des services généraux. Il faut se poser la question des réels besoins afin de limiter la surconsommation.

Afin de limiter cette surconsommation et rendre les commandes de fourniture moins automatiques, prendre des nouvelles habitudes d’achat est la route à prendre. Réfléchir au superflu est la première étape, qu’est-ce qui est essentiel pour l’activité et qu’est-ce qui ne l’est pas ? En plus de réalisé ce constat, préférez les formats rechargeables avec par exemple les cartouches d’encres rechargeables (à condition de les recharger !). Si vous utilisez des critériums, préférez le crayon à papier qui est largement moins producteur de déchets. En plus de tout ça, centraliser les fournitures à un seul et même endroit permet une meilleure gestion et limite la consommation. La mise en place d’une boite de retour des fournitures non consommées peut également être mise en place.

6.   Améliorer la durée de vie du matériel 

Durée de vie du matériel

Certains réflexes permettent de réduire la consommation d’énergie et en plus de rallonger la durée de vie du matériel électronique et ainsi réduire le temps avant son remplacement.

Très peu de personnes se soucies de la configuration de leur ordinateur, il est important de communiquer et former en interne sur l’utilisation du matériel. Des gestes simples comme la gestion de l’alimentation de l’ordinateur en mode économie d’énergie et les paramètres de mise en veille est très important, surtout si vous êtes habitué à vous déplacer souvent en le laissant inutilisé. Le choix du matériel est tout aussi important, il ne faut pas surévaluer les besoins. De plus, lorsque votre matériel semble devenir obsolète, il existe des solutions de mise à niveau pour remettre au gout du jour votre matériel.

7. Optimiser le système de tri

Optimiser le système de tri

 

Si votre entreprise à déjà un système de tri en place mais qu’il n’est pas optimisé, il est nécessaire de mettre en place un système de tri efficace qui doit être visible et compréhensible par tout le monde.

Pour mettre un place un système efficace, il y a quatre étapes :

  • Identifier le prestataire de collecte des déchets (public ou privé)
  • Choisir des réceptacles adéquats (il faut une bonne forme, une bonne couleur et les bon matériaux). Un bon réceptacle permet faciliter l’adhésion.
  • Un bon emplacement est également un facteur de réussite très important. En effet, placer les bacs aux bons endroits comme la récupération du papier près des imprimantes ou bien le recyclage près de la zone de restauration.
  • La communication. Il faut penser à mettre en place une communication orale mais également une signalétique claire. Tous les acteurs de l’entreprise doivent être mis au courant pour que le tri soit respecté jusqu’au bout.

8. Sensibiliser aux bons gestes

Bons gestes

 

Sensibiliser aux bonnes pratiques est une grosse partie du travail, il est primordial de communiquer régulièrement sur les progrès réaliser mais également sur les axes d’amélioration. Le processus de doit être réalisée de manière progressive pour que cela fonctionne sur la durée.

Pour mettre en place une signalétique forte, elle doit être placée à des endroits stratégiques, dans les lieux des bons réflexes comme près des imprimantes, machines à café ou bien directement dans le lieu de sociabilisation comme une cafétéria ou dans le restaurant d’entreprise. Afficher un tableau de bord montrant l’évolution de la consommation, économie réalisée et déchets non produits est une bonne idée pour fédérer et graver la démarche dans le temps.

Nous clôturons donc ce guide ! Vous l’aurez compris, il y a bien des façons d’atteindre le « zéro déchet » et c’est même possible en entreprise avec des efforts collectifs !

Nous vous encourageons à nouveau à consulter le guide complet de Zero Waste France qui est une réelle ressource pour construire votre démarche « zéro déchet ».

Merci d’avoir suivi cet article et gardons notre planète en bonne santé !