De retour dans vos locaux et face au contexte actuel, il est primordial de protéger la santé de vos collaborateurs et visiteurs éventuels. En savoir plus
  • Demander un devis
  • Aujourd’hui bouteilles plastiques ont été évitées grâce à nos fontaines.

    Journée Mondiale du Bien-Être, Edition 2021

    Publié par ,
    Journée Mondiale du Bien-Être, Edition 2021

    A l’occasion de la journée mondiale du bien-être, nous allons aborder un sujet qui, aujourd’hui, est un objectif de nombreuses entreprises : le bien-être au travail.

    Le bien-être au travail, c’est quoi exactement ?

    Tout d’abord, il ne faut pas confondre bien-être au travail et santé du salarié. Le sentiment de bien-être au travail se rapproche plus d’un état d’esprit global et subjectif qui peut être impacté par de nombreux facteurs. Le bien-être correspond ainsi à des facteurs plus ou moins identifiables susceptibles d’influer sur la qualité de vie des collaborateurs sur le lieu de travail. Parmi ces facteurs on retrouve la sécurité et l’hygiène des locaux, l’impact physique ou psychosocial des missions effectuées ou encore l’ergonomie de l’espace de travail. Il existe une définition bien précise du bien-être au travail fournie par l’Organisation Mondiale de la Santé qui entend le bien-être au travail comme « un état d’esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre d’un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur et de l’autre les contraintes et les possibilités du milieu de travail ».

    Le mal-être au travail : les chiffres

    En matière de stress au travail, la France est l’un des pires pays européens.

    Selon une enquête d’ADP (Automatic Data Processing), les Français sont les plus stressés au quotidien avec pratiquement un répondant sur cinq qui subit un stress quotidien au travail soit 19%.
    A l’échelle nationale, ce stress varie selon les différentes régions : étonnamment et contrairement aux idées reçues, les Parisiens ne sont pas les plus sujets au stress au travail. En effet, les salariés les plus stressés sont concentrés dans la région du Sud-Ouest (24%) et du centre (22%). Les habitants de l’Ile-de-France n'arrivent ainsi qu’en troisième position avec 20%.

    Le problème de communication est l’un des facteurs du mal-être au travail en France. Seul un salarié sur dix informerait les services des ressources humaines en cas de mal-être. De plus, presqu'un tiers des salariés (31%) pensent que l’employeur ne s’intéresse pas à leur bien-être et quatre sur dix (41%) sont certains que l’intérêt montré n’est en réalité que superficiel. Le manque de communication et les difficultés à parler du mal-être au travail est assez impressionnant car 32% disent ne pas être suffisamment à l’aise pour l’évoquer aux managers ou aux ressources humaines. Seulement 20% sont prêts à s’ouvrir à leurs managers et 11% pourraient en parler aux ressources humaines. Cependant on constate que les jeunes générations sont plus enclines à soulever un problème de bien-être au travail car 79% d’entre eux se disent prêt à le faire.

    Globalement, le mal-être au travail reste un tabou et un grave problème de santé. Le stress généré par le mal-être est à l’origine de nombreuses pathologies (maladies de la peau, cardiovasculaires, cardio métaboliques, cancers, hypertension et diabète…).

    Plus de 52% des salariés se disent anxieux au travail et 29% d’entre eux présentent des symptômes de dépression. 24% des salariés français sont également en hyperstress, situation considérée comme très dangereuse pour la santé et enfin 18% des salariés affirment déjà avoir été en burn-out (ou épuisement professionnel). De plus, si certains ne sont pas directement victimes d’un burn-out, 22% en ont été témoins dans leur entreprise.

    Il est donc important de se pencher sur le bien-être au travail et de réellement travailler sur la manière d’y arriver.

    Les défis du bien-être au travail

    Les choses commencent à évoluer et le challenge du bien-être est tout de même bien lancé. « Pendant longtemps, les entreprises ont eu tendance à considérer que le stress au travail et le harcèlement moral relevaient uniquement de dysfonctionnements individuels » (Fabien Francou, Chargé de mission à l’agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail). Désormais, toujours selon Fabien Francou, « les employeurs prennent beaucoup plus en compte la problématique de la qualité de vie au travail, parce qu'ils réalisent son impact sur l'absentéisme, l'attractivité de l'entreprise et sa performance ».

    C’est un fait qui est désormais bien connu, les enjeux pour les entreprises sont devenus majeurs.

    Réussir à structurer une équipe, à fidéliser les talents ou bien à réduire le turnover passent en grande partie par le bien-être des employés. Du côté des employés, le bien-être est un facteur de décision important quant à un engagement sur le long terme dans l’entreprise mais est également un facteur de performance !

    Les bienfaits du bien-être en entreprise

    Que les objectifs soient économiques, stratégiques ou simplement humains, le bien-être au travail a des impacts positifs sur la performance des collaborateurs. D’après une étude de l’Université de Warwick, les salariés heureux sont 13% plus productifs !

    Afin d’être plus précis, on peut découper le bien-être et ses bienfaits sur la productivité en plusieurs sections qui ont chacune des bénéfices différents :

    • Le bien-être physique : on parle ici du confort de l’espace de travail, l’ergonomie, l'aménagement des locaux ainsi que l’investissement dans des équipements qui facilitent les missions des salariés. Le bien-être physique évite les douleurs physiques et la fatigue et permet de limiter le nombre d’arrêts maladie, et de préserver la santé physique des employés. D’après l’Observatoire Actineo 2019, l’espace de travail a un impact très important sur leur santé pour 50% des personnes interrogées, sur leur bien-être pour 48%, sur leur motivation pour 43% et sur leur efficacité pour 41% des personnes interrogées.

    • Le bien-être psychologique : l’autonomie, l’intérêt vis-à-vis des missions à effectuer, le volume de travail et le temps de travail, la reconnaissance de l’employeur et le sentiment d’utilité… tous ces facteurs jouent un rôle important dans le bien-être psychologique. D’après une étude du « Cercle de la motivation », tout ce qui donne du sens et de l’utilité à la mission est le premier facteur déterminant et motivant au travail. Le bien-être psychologique est l’un des plus importants car il limite les risques psychosociaux (burn-out et bore-out).

    • Le bien-être humain : cette forme de bien-être se manifeste à travers l’éthique et les valeurs de l’entreprise partagées par les collaborateurs. C’est un sentiment qui va au-delà de la sphère professionnelle, on parle de la marque employeur, elle permet de définir et comprendre le but de l’entreprise ainsi que ses valeurs et son engagement. Lorsque les employés sont en osmose avec les valeurs de l’entreprise, ils intègrent mieux leur rôle et leur place dans l’entreprise. Par exemple, la démarche RSE d’une entreprise permet d’activer ce bien-être humain et à un réel impact positif (d’après une étude d’Ipsos Openmind réalisée en 2018, 37% des personnes interrogées sont motivées par la démarche RSE de leurs entreprises).

    • Le bien-être organisationnel : l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle est parfois compliqué et celui-ci concerne la flexibilité des horaires et le télétravail. Le bien-être organisationnel s’exprime par la confiance de la hiérarchie en proposant aux salariés la possibilité de s’organiser par eux-mêmes. Fonctionner de cette manière permet une plus grande liberté d’action et une meilleure gestion de la fatigue personnelle. En 2019, avant la démocratisation du télétravail par la pandémie de COVID-19, était déjà encensé car d’après une étude de Malakoff Médéric Humanis, le télétravail augmente l’efficacité au travail pour neuf salariés sur dix, amélioration également constatée par 67% des managers et 79% des dirigeants qui encadrent les salariés en télétravail.

    • Le bien-être social : la cohésion d’équipe, des relations agréables, le soutien des collaborateurs et un bon rapport avec la hiérarchie sont des éléments très importants qui vont générer une motivation générale qui va être dirigée vers des objectifs communs. D’après une étude "Cercle de la motivation", la qualité des échanges entre collaborateurs est un facteur de motivation pour 24% des interrogés. Cette étude révèle également que 51,9% ont un gain de motivation lorsque les échanges avec la hiérarchie sont agréables.

    Tous les acteurs de l’entreprise sont responsables du bien-être global

    La responsabilité du bien-être au travail n’est pas seulement dans les mains d’une seule personne, elle se partage entre tous les membres qui apportent une contribution de manière directe ou indirecte.

    La direction et les managers sont des acteurs déterminants de la motivation et du bien-être. La direction dispose du pouvoir décisionnel et facilite ainsi la mise en place des solutions destinées à favoriser le bien-être au travail. C’est une étape fondamentale car tant que l’environnement favorable n’est pas mis en place, il est plus difficile de motiver ses salariés sur le long terme.

    Le management tient un rôle pivot dans l’application de ces démarches car il est le lien direct entre les collaborateurs et la direction. Les salariés comptent sur les managers pour les encadrer et les guider mais également pour les soutenir et remarquer l’investissement dans l’entreprise.

    Les ressources humaines sont un service essentiel à une entreprise car il permet d’identifier les risques de mal-être au travail. Le nombre de départs ou d’arrêts pour maladie est connu et les ressources humaines ont donc la capacité d’identifier les difficultés rencontrées par les salariés. Elles jouent également un rôle important lors du recrutement de managers qui souhaitent instaurer un management orienté sur le bien-être.

    Le dernier rôle et celui qui est également le plus difficile à identifier est la relation entre les collaborateurs, la cohésion est le mot clé et c’est parfois le plus compliqué lorsque chacun dispose d’une personnalité et d’un savoir-être différent. Aujourd’hui, les jeunes générations sont celles qui sont le plus impactées par les relations au bureau. En effet, 53% des moins de 30 ans interrogés considèrent que la relation et l’ambiance entre collaborateurs sont importantes pour être heureux au travail contre 45% des salariés de 50 ans et plus.

    Il y a de multiples angles d’approche pour une entreprise qui souhaite installer un environnement de travail positif. Toutes les entreprises ne peuvent pas se permettre le télétravail, l’installation d’équipements de pointe etc… mais se mettre à l’écoute des autres est déjà une bonne partie du travail afin de favoriser leur épanouissement au travail.

    Les 10 clés du bien-être au travail

    Vous l’avez compris, aujourd’hui les employeurs prennent beaucoup plus en compte la problématique de la qualité de vie au travail car qu’ils réalisent son impact sur l’absentéisme, l’attractivité de l’entreprise et sa performance.
    Voici les 10 clés du bien-être au travail :

    1. Garantir des conditions de santé et de sécurité optimales

    La loi du travail oblige les employeurs à protéger ces deux éléments sur le lieu du travail. Toutefois, il est préférable que les entreprises aillent un peu plus loin dans l’amélioration de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail. Par exemple, en proposant des fontaines à eau Waterlogic dans vos locaux, vous proposez une solution d’hydratation hygiénique et sécurisée. En profitant de notre gamme Firewall®, vous assurez à vos collaborateurs une Eau Pure grâce à la technologie de purification par UV Firewall® et l'intégrité sanitaire BioCote®. Pour une sécurité encore plus poussée, nos fontaines disposent également d’une solution sans contact pour éviter la rétro-contamination liée à l’utilisation de la fontaine entre les utilisateurs.

    2. Proposer un cadre de travail agréable et lumineux

    Une chose est certaine, plus les locaux d’une entreprise et les installations mises à disposition des salariés sont agréables, plus ils auront plaisir à venir travailler chaque matin. Mettre à disposition des bureaux adaptés aux différents usages, des sièges de bureaux confortables, une décoration soignée et des locaux propres c’est le B.A.-BA. Des espaces de détente et de convivialité, des mises à disposition (gracieusement, c’est encore mieux) d'équipement tel que : une machine à café, une fontaine à eau ou autres distributeurs, est un réel avantage car ces lieux permettent de créer du lien et favorisent les échanges entre les différents acteurs d’une entreprise.

    3. Donner du sens au travail de ses salariés

    Il est important de montrer aux collaborateurs en quoi les missions qu’ils accomplissent au quotidien permettent à l’entreprise d’atteindre ses objectifs et qu’ils participent à la stratégie globale de l’entreprise.

    4. Cultiver la reconaissance

    Pratiquer la gratitude ce n’est pas si compliqué ! Les équipes peuvent organiser des « réunions de reconnaissance » tous les mois, par exemple, avec pour but d’encourager et d’exprimer leur gratitude à d’autres collaborateurs lorsque ces derniers ont apporté de l’aide.

    5. Favoriser les moments de partage

    Par "moment de partage" nous entendons aussi bien les réunions de travail et leur efficience (ou non) que les moments conviviaux informels. Ces moments sont essentiels pour développer des relations sociales et mieux se connaitre afin de réduire les cloisonnements entre les services. De plus, de nombreux dysfonctionnements sont résolus sont réalisés lors des réunions conviviales informelles. Favoriser les moments de partage en entreprise est un levier particulièrement facile à mettre en œuvre et puissant pour développer le plaisir au travail. L’organisation de petits-déjeuners ou de déjeuners d’équipe en restaurant est une bonne manière d’échanger de manière informelle !

    6. Respecter l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle

    Respecter cet équilibre nécessite les deux parties : l’employeur et le salarié. Pour l’employeur, il est question de « quelles mesures de liberté doivent être offertes » et « quelles mesures exigent de la discipline ». Le salarié est également responsable de cet équilibre car il doit être en mesure de se déconnecter en dehors de ses heures de travail. Depuis l’apparition d’internet, il est difficile de ne pas voir les mails qui passent et la tentation de les consulter est souvent grande mais il est important de mettre une barrière pour ne pas tomber dans une boucle et finir par travailler sur les moments de vie privée.

    7. Faire confiance, réduire le contrôle et donner de l’autonomie

    La confiance est un élément bien compliqué à développer et à maitriser mais une fois atteinte, la confiance permet d’améliorer grandement le confort en entreprise, pour en savoir plus cliquez ici.

    8. Offrir de la souplesse dans l’organisation du travail

    Une organisation plus souple permet de réduire la pression sur les salariés et ainsi, de réduire les risques liés au stress et tous les effets négatifs qu’il engendre.

    9. Préserver le droit à la déconnexion

    Le droit à la déconnexion va de pair avec l’équilibre en vie professionnelle et personnelle et vise à assurer la santé et le respect des temps de repos. Effectivement depuis le 1er janvier 2017, tout salarié n’est pas tenu d’être en permanence joignable par son employeur pour des motifs liés à l’exécution de son travail, même dans le cadre du télétravail.

    Il est parfois difficile de se déconnecter totalement mais c’est un droit qui garantit un esprit tranquille en dehors des heures de travail.

    10. Faire monter les salariés en compétences

    Développer les compétences en interne permet de transformer les métiers et fidéliser les talents. Favoriser une culture de l’apprentissage est un atout pour la marque employeur. Le développement des compétences et plus précisément la formation jouent un rôle clef pour l’attractivité. Elle rend crédible la proposition et elle concrétise l’investissement que l’entreprise est prête à consentir dans le parcours de ses collaborateurs.

    Nous clôturons ainsi le vaste sujet qu’est le bien-être. Le travail est une grosse partie de notre vie, on y passe 9 ans de notre vie en temps effectif et il est plus qu’important d’être heureux au travail.

    Restez en bonne santé et hydraté !

    fontaine a eau
    N'hésitez pas à consulter nos fontaines à eau sur réseau !